Athénée Royal d'Esneux Athénée Royal d'Esneux rue de l'athénée, 6 4130 Esneux ar.esneux@sec.cfwb.be
Accueil
  Généralités  
Etudes
Projets
Activités
Voyages
Rhétos
Théâtre
Amicale
Profs
Elèves
Anciens
Fondamental
Calendrier
Contact
Daniel Bourguignon
 

Discours par Jacques Faulx

Voilà quelques semaines, Madame la Préfète m'a chargé de prononcer quelques mots à l'occasion du départ de notre collègue Daniel Bourguignon.

“Mais”, lui ai-je dit avec la franchise qui n'est pas la moindre de mes qualités, “Daniel est un homme discret. Comment pourrais-je ...?

- Mais si, mais si, me dit-elle.

- Bien, répondis-je; je ferai comme en classe: quand je ne sais pas, j'invente.”

Tandis que madame la Préfète s'éloignait en notant mon nom dans son calepin rouge sur la couverture duquel il est écrit “A inspecter d'urgence”, je me suis dit en mon for intérieur: “Je suis chargé d'une mission, je la remplirai, fût-ce au péril de ma vie et de ma réputation.” Voici donc ...

LA VIE ET L'OEUVRE DE DANIEL BOURGUIGNON

Tout commença en juin 44: les Américains avaient débarqué en Normandie le 6, on sentait la Libération approcher à grands pas, et cette année-là comme toutes les autres, c'était le printemps. Ce climat d'euphorie contribua fortement à inciter monsieur et madame Bourguignon à se reproduire.

La Libération alla moins vite que prévu et le petit Daniel (en fait, un solide gaillard de 4 kilos et demi) vit le jour alors que le canon tonnait encore dans le lointain le 21 mars 1945. Vous avez peut-être lu dans des ouvrages spécialisés que “tout se joue avant 6 ans”. Rien n'est plus faux que cette assertion de psychologues hâtifs et présomptueux. En fait, tout se joue le premier jour, ainsi que le démontrent les débuts du petit Daniel.

Quand sortant du ventre maternel, le petit Daniel tomba nez à nez avec l'accoucheuse, il se dit dans les profondeurs de son inconscient: “Ciel! Qu'est-ce donc? ( Vous constaterez que malgré son jeune âge, l'inconscient du petit Daniel s'exprimait avec une éloquence qui dans la suite ne le quitta jamais, comme le démontrent ses interventions toujours écoutées dans les conseils de classe et autres assemblées du personnel. ) Ciel! Qu'est-ce donc? Une inconnue! Comme il serait exaltant que je consacre une part importante de la vie qui m'attend à un sujet si passionnant.” Quelques instants plus tard, on plaça le petit Daniel lavé et talqué de frais dans les bras de sa maman qui s'empressa de lui donner le sein, lui procurant ainsi sa première sensation de bien-être. “Oh! oh!”, se dit à nouveau l'inconscient du poupon (c'est assez difficile à imaginer quand on le voit aujourd'hui, mais Daniel fut poupon à ses débuts), “oh! oh! quel est donc cet objet qui me donne tant de plaisir? et quelle forme étrange? ne serait-ce pas ce qu'on appelle un triangle? et que vois-je? il y en a deux qui à première vue, apparaissent assez semblables? n'y aurait-il pas des règles qui régissent leur égalité? n'y a-t-il pas là un problème stimulant pour le développement futur de mes facultés?” Peu après, il fallut le langer. “Ah!”, fit maman, “il a fait pipi.

- Certes, se dit Daniel, visiblement, il est fait ici allusion à cette légère mixtion dont je me suis rendu coupable à mon corps défendant. Mais, ce mot mystérieux ne cache-t-il pas un sens secret obscurément à lier à quelque formule en rapport avec le cercle?”

Ainsi, les premières heures de la vie de Daniel décidèrent-elles de sa vocation: une inconnue, des triangles égaux et deux fois pi, le sort en était jeté, il serait mathématicien.

Pendant ses premières années, quand il faisait joujou dans son parc, le petit Daniel montrait peu d'appétence pour les nounours, les poupées ou les tambours; par contre, il montrait un vif intérêt et une habileté peu commune quand on lui présentait des cubes qu'il pouvait empiler dans un ordre décroissant et son excitation était à son comble quand on lui offrait des sphères qu'il pouvait faire rouler en tous sens, surtout en les poussant du pied. L'importance de ce détail n'aura échappé à personne, nous y reviendrons. Ses parents qui s'émerveillaient (c'est bien normal) de ses talents divers ne pouvaient imaginer le prodigieux travail mental auquel se livrait le petit Daniel. Comme il était encore dans la phase de découverte de soi (je vous renvoie aux théories de Freud sur la question), il ne cessait de se dénombrer lui-même, si j'ose ainsi m'exprimer: 5 doigts, 5 orteils, deux mains, deux pieds, deux narines, etc ... Un jour cependant, ce fut le drame! Madame Bourguignon le trouva hurlant pour un motif qu'elle ne put deviner: le petit Daniel s'était lancé dans le comptage de ses cheveux et devant l'ampleur de la tâche, il connut là son premier désespoir. Peu après, quand il se fut calmé, il arriva à une conclusion étonnante (c'est toujours l'inconscient qui parle, bien sûr): “Si ma tentative a échoué, c'est parce que je pouvais toujours ajouter une unité au total et que ça n'était jamais fini. Par conséquent, l'infini existerait-il?” Alors là, mais pour un bambin de dix-huit mois, si vous m'autorisez cette expression, moi, j'en reste sur le cul.

A l'issue de ce cheminement intellectuel, Daniel accéda à l'école primaire qui lui plut tout de suite, parce qu'elle était pleine d'inconnues, surtout Martine, Simone, Justine, Françoise qui avait des nattes et Silviane qui portait toujours trop court. Quand il n'était pas distrait par les inconnues, Daniel était, faut-il le dire, un élève très appliqué, toujours en éveil, accablant ses maîtres de questions ingénieuses. Pour les besoins de cette modeste communication, j'ai pu retrouver monsieur Berlingot, un de ses instituteurs aujourd'hui très âgé et pensionnaire du home “Les chardonnerets qui pépient” qui m'a confié ceci: “Le petit Bourguignon? vous pensez si je m'en souviens. Il a été le meilleur élève de toute ma carrière, mais c'était surtout en math qu'il était brillant. Il avait de ses questions qui me laissaient sans voix. Où commence une circonférence? Dans un carré, est-ce qu'il y a un angle qui le chef des trois autres? Comment reconnaître un trapèze quand il n'y a pas d'acrobate dessus? Il avait des mots d'enfant charmants: un jour il avait colorié une figure à cinq côtés et il m'a dit tout fier: “Ce n'est plus un pentagone, c'est un peint-en-jaune.” Et quand il a commencé à grandir, il lui est venu des idées politiques un peu révolutionnaires: il a pris position contre les privilèges des triangles rectangles et isocèles et il a cessé de dire “angle obtus” au profit d'”angle moins doué”. Tout ce qui pouvait être chiffré l'intriguait ; une parole entendue au hasard suffisait pour provoquer des questions insolites: il m'a demandé jusqu'où descendait la profondeur de champ, quelle était la largeur du fossé des générations, combien dure une belle lurette ... Le jour où il a voulu connaître l'altitude du mont de Vénus, je l'ai quand même puni, mais il a prétendu que c'était pas lui qui avait eu l'idée et qu'il ne savait même pas dans quel pays c'était, le mont de Vénus.”

Daniel continuant ainsi son petit bonhomme de chemin atteignit l'adolescence. Sa maîtrise dans le domaine des mathématiques ne cessait de s'affirmer: la preuve, c'est que les inconnues se faisaient de plus en plus nombreuses et qu'il les résolvait de plus en vite. A cet égard, il est quand même assez piquant de savoir que c'est l'une d'elles qui, bien des années après que la question eut été posée dans les circonstances que l'on sait, apporta à Daniel la solution que son maître lui avait refusée: l'altitude du mont de Vénus, lui démontra-t-elle, est très exactement de cinq centimètres au-dessus du niveau de la plage de Coxyde.

La voie était toute tracée: de brillantes humanités, l'école normale (régendat en mathématique), un diplôme emporté haut la main et devant lui, un avenir radieux dans la carrière pédagogique qu'on ne peut évoquer dans une assemblée comme celle-ci sans qu'un trouble profond nous étreigne tous à la pensée de tous ces moments exaltants vécus face à ces visages extasiés avides de savoir, dans la communion fervente de ceux pour qui le savoir est tout, les maîtres pour le dispenser et les disciples pour le recueillir dans leurs coeurs et leurs esprits palpitants ... Je vous prie de m'excuser, je suis brisé par l'émotion. Personne n'a un mouchoir?

Mais je m'égare. Revenons à notre héros. C'est à peu près à cette époque que Daniel rencontra sa dernière inconnue. Elle s'appelait Odette et elle ne manqua pas d'argument pour lui démontrer qu'elle était celle dont la résolution lui apporterait (et ce de manière définitive) toutes les satisfactions possibles et imaginables. Daniel écrira plus tard dans son journal intime: “C'est la première fois dans l'histoire des mathématiques qu'une inconnue dérive vers une intégrale.”

En septembre 1971, Daniel nous arriva enfin, ici, à l'AR d'Esneux, il y a donc de cela 34 ans. Sa carrière professionnelle prit sa vitesse de croisière avec le succès que nous connaissons. Si, comme il se doit, les cours mobilisaient l'essentiel de son temps, nous ne pouvons oublier combien il s'investit dans les activités connexes indispensables à la vie de l'établissement, je pense entre autres à l'Amicale. Daniel n'hésitait pas à lui consacrer des soirées très longues qui se prolongeaient souvent par des séances de commission en comité restreint. C'est à la fin d'une de ces séances qu'il eut l'idée de tester la solidité du matériel scolaire en grimpant sur une table pour y esquisser une chorégraphie vaguement inspirée du Boléro de Béjart en moins langoureux et en plus habillé. Quand il eut terminé cette éblouissante prestation, il constata que la tablette était fendue. “Pourtant”, disait-il,”j'avais tout calculé: mon poids, la résistance des matériaux, les vibrations, la base de sustentation, la section des pieds et jusqu'à l'épaisseur des rondelles en caoutchouc.” Pendant cinq jours, il ne cessa de recommencer ses calculs, il eut recours à l'algèbre, à la trigono, à la géométrie dans l'espace, à la mécanique des fluides, ... C'est le sixième jour qu'il comprit enfin comment l'erreur s'était produite: il avait oublié d'intégrer une donnée, le poids du liquide alcoolisé absorbé pendant la séance de commission qui, ce soir là, était précisément consacrée au renouvellement de la carte des boissons pour la prochaine fancy-fair, ce qui ne pouvait se faire sans expertises et contre-expertises.

Par ailleurs, Daniel se réalisait aussi dans une activité sportive dont vous avez vu pointer le bout de l'oreille dans ces occupations du premier âge: le foot et n'hésitant pas à mêler les plaisirs, il lui arrivait d'organiser des rencontres profs-élèves dans le cadre de l'établissement. Ici comme ailleurs, la fibre mathématique ne cessait de s'exprimer dans les tréfonds de son être psychique:”Etant donné une sphère en cuir de 25 cm de diamètre à laquelle je donne une impulsion pédestre d'intensité 8,2 selon un angle de 32,3° par rapport à l'axe longitudinal du terrain, et étant donné la vitesse du joueur adverse (soit 27 km/h à laquelle s'ajoute une accélération de 1, 29 m par seconde), la sphère en cuir devrait être dans 4" (soit 1" avant l'ennemi) à l'endroit marqué virtuellement en abscisse 56 et ordonnée 64 où elle devrait aboutir dans les pieds de ... nom di Dju, Alain, wis est-i co, c'n inocint-là? ” Cette brève incursion dans le mental de l'avant-centre Daniel Bourguignon nous apprend essentiellement deux choses:

  1. la présence aux côtés de Daniel d'un certain Alain avec qui il formait une paire sur laquelle les jugements divergent, eux-mêmes se voyant sous les traits de valeureux guerriers du ballon rond, les autres sous ceux de commentateurs d'après-match dont les réflexions ne pouvaient pleinement s'épanouir qu'après l'absorption de breuvages alcoolisés et
  2. le fait que l'inconscient de Daniel, si policé depuis son plus jeune âge, pouvait connaître des dérives inexcusables sous la pression de certains états passionnels dont nous ne l'aurions pas cru capable.

La vie n'étant pas un long fleuve tranquille, le domaine sportif lui valut joies et déboires. Dans la colonne du positif, je voudrais mettre en évidence les deux buts les plus magistraux de sa carrière, deux buts brillants, incontestables, francs et nets, pan dans la lucarne, tellement beaux qu'on leur a donné à chacun un nom: Vincent et Jean-Marc. Mais hélas! terrible revers de la médaille que cette triste déconvenue dont j'ai retrouvé une trace écrite que je vous livre telle quelle: il s'agit d'une lettre à en-tête du Standard de Liège. Voici:

“Cher Monsieur, ... (j'abrège)

Nous ne sommes pas informés à l'heure qu'il est de vos intentions au sujet du problème qui nous préoccupe, mais il est de notre devoir de vous avertir que nous nous opposerons, en faisant appel si nécessaire à une décision de justice, à toute tentative de votre part de vous faire inscrire au fan club du Standard de Liège. En effet, nous savons de source sûre que les clubs dont vous avez été un fidèle supporter (c'est-à-dire le Football Club Liégeois et Seraing) ont sombré l'un et l'autre. Sans qu'on puisse vous attribuer avec certitude ces désastres successifs, il est cependant infiniment probable que vous portez la poisse à tout club que vous approchez et le Standard de Liège ne peut en aucun cas courir un pareil risque.

Nous vous prions, cher Monsieur, ... etc...”

Voilà donc, chers collègues, brièvement résumées les péripéties de la vie de Daniel Bourguignon, très prochainement professeur honoraire à l'AR d'Esneux, un homme qui a consacré son existence aux nombres, qui n'a cessé de calculer, d'évaluer, de chiffrer et avec quel brio tout ce qui passait à sa portée. Souhaitons- lui à présent de compter de longues années d'une retraite heureuse et bien méritée.

Ah! J'oubliais ... Il y a quand même deux choses que Daniel n'a jamais comptées, les heures qu'il a passées à élaborer pour cette école, ses élèves et ses professeurs, des horaires qui alliaient l'ingéniosité au souci du confort pour tous et les temps de midi qu'il consacrait à des rattrapages pour les élèves qui en faisaient la demande. Ça porte un nom qui n'a rien à voir avec les mathématiques: ça s'appelle la générosité.

Merci, Daniel!

 

 

 

©2004 Copyright AREsneux - Réalisation : Georgette Sante & Laurent Dasthy