Athénée Royal d'Esneux Athénée Royal d'Esneux rue de l'athénée, 6 4130 Esneux ar.esneux@sec.cfwb.be
Accueil
  Généralités  
Etudes
Projets
Activités
Voyages
Rhétos
Théâtre
Amicale
Profs
Elèves
Anciens
Fondamental
Calendrier
Contact
En mémoire de Josianne Lhoest
 

Madame Josianne Lhoest d'histoire a été professeur à l'Athénée royal d'Esneux et a assuré l'intérim à la direction de l'école de 1978 à 1982. Née à Liège le 20 octobre 1938, elle est décédée à Hermalle-sous-Argenteau le 15 juin 2005. Lors de la cérémonie funèbre, Monique Raskin a dit quelques mots au nom de l'Athénée pour évoquer le souvenir de Josianne Lhoest.

Nos chemins se sont croisés plusieurs fois. J'ai revu trois moments forts de ces temps:

Il y a 40 ans, j'étais élève à l'Athénée Royal d'Esneux, et Josianne LHOEST était mon professeur d'histoire. Nous l'écoutions, sages et silencieux, nous parler des rois de France, du Saint-Empire, des règnes, complots, avènements et croisades dont l'Histoire est truffée ; nous parler de tous ces hommes et de ces femmes qui ont fait l'Histoire, avec une aisance et une familiarité qui auraient pu nous donner à croire qu'elle les avait personnellement connus.
Ce qui m'est resté après toutes ces années, c'est une expression dont elle ponctuait souvent un récit; après nous avoir exposé grandeurs et faiblesses de tous ces grands personnages, elle ajoutait souvent en guise d'appréciation ces trois petits mots: «C'est humain». Elle semblait porter sur eux un regard très lucide, dépourvu d'illusions et cependant indulgent.

Vingt à vingt-cinq années plus tard, devenue à mon tour professeur, je retrouvai Josianne comme collègue; et la côtoyant cette fois lors de conseils de classe, j'ai retrouvé ce même regard lucide et bienveillant, marqué d'humour, porté cette fois sur les élèves; il m'a même semblé que la bienveillance croissait avec le temps qui passait.

Il y a quelques semaines, lorsque je suis allée la saluer à la clinique, je craignais un peu, je dois l'avouer, les ravages de la maladie; mais si, bien sûr, celle-ci avait affaibli son corps, elle n'avait pas eu de prise sur la personne que j'avais connue; j'ai retrouvé en face de moi le même humour, la même lucidité, le même regard sur les êtres et les choses: clairvoyant et bienveillant.
Elle m'a rappelé les années où elle a, avec sagesse et fermeté, assuré l'«interrègne» de la direction de l'établissement , me disant combien cette expérience avait accru son estime pour ceux qui exercent cette fonction. Alors qu'elle avait quitté l'école depuis quelques années, elle m'a demandé des nouvelles des uns et des autres avec un intérêt chaleureux.

J'ai été fort émue de retrouver « mon professeur d'histoire », sa classe, sa dignité, son érudition, son humanité ; si je dois choisir deux mots pour traduire l'image qu'elle me laisse, ce sont les mots DIGNITE et HUMANITE.

Monique RASKIN
20 juin 2005


©2004 Copyright AREsneux - Réalisation : Georgette Sante & Laurent Dasthy